COQPIT Agence Digitale à Clermont-Ferrand

Coqpit new-look pour piloter les projets

Clément Banet dans les locaux de Coqpit, à la Pardieu, avec ses collaborateurs

Deux jeunes Ponots viennent de créer à Clermont-Ferrand l’agence Coqpit. Les idées ne manquent pas pour développer les affaires de leurs clients… et les leurs.
Clément Banet aura 20 ans en septembre et ne manque pas d’idées. Il a créé en février dernier l’agence Coqpit, spécialisée dans l’acquisition clients mais aussi le web design et l’intégration internet, quelques mois après avoir lancé le site Internet Repasrtage, qui propose le partage de plats cuisinés entre particulier.

Points communs ? Aucun. Sinon la volonté farouche de Clément Banet d’aller de l’avant, avec son camarade de lycée, Nicolas AUGEARD, 19 ans également, qui assure le développement de Coqpit. Le duo, originaire du Puy, avance sur deux fronts.

« Repasrtage existe toujours mais n’a pas encore assez d’activité. C’est un business à long terme », constate Clément Banet. Coqpit explore une autre voie, mais l’expérience acquise avec l’autre start-up s’avère précieuse. « Tout le monde est capable d’avoir un bon site internet. Mais il faut le rentabiliser. Ce qui veut dire ramener du trafic sur le site. »

C’est là, donc, qu’intervient Coqpit. Il a déjà travaillé avec deux maisons de retraite de Haute-Loire, et quelques petites entreprises diverses. « On doit finaliser un contrat avec un architecte. On a répondu aussi à des appels d’offres de mairies, entre 2.000 et 6.000 habitants, pour la refonte de leur site, mais on se concentre surtout sur des marchés de niche. »

Clément Banet se démène pour séduire les clients et développer la société.
Pour l’instant, il n’est pas salarié. Seul son associé l’est. Il emploie aussi deux stagiaires, chargés de la gestion du site coqpit.fr.

« À partir de septembre, nous aurons une personne en contrat en alternance Master 2 avec SupInfo », ajoute le jeune dirigeant, qui vise un chiffre d’affaires de 150.000 € d’ici décembre.
La société Coqpit est actuellement hébergée à la pépinière de la Pardieu. Elle a aussi bénéficié d’un prêt à taux zéro de 30.000 €, avec remboursement différé dans deux ans, grâce au réseau Entreprendre.

Aller chercher les clients et savoir s’entourer

« La pépinière génère une émulation entre jeunes entreprises. Le réseau, au-delà du prêt, permet de bénéficier de conseils. On est suivis par un mentor, un chef d’entreprise aguerri, Clément Neyrial, qui nous aiguille sur le management, le recrutement, le financement, etc. C’est précieux. »
Clément Banet ne manque pas d’idées. Mais il sait aussi s’entourer.